Sérénité

Quelle est la différence entre un excitant et un fortifiant ?

La différence entre un excitant et un fortifiant réside dans le fait qu’un excitant va stimuler l’organisme en le mettant en « sur-régime » et donc stresser l’organisme, le fatiguer voir l’user à terme.

Alors qu’un fortifiant va stimuler et soutenir l’organisme en renforçant ses différentes fonctions et en optimisant sa gestion de l’énergie.

C’est notamment ce qui différentie une plante adaptogène (fortifiante) comme la rhodiola ou le ginseng d’une plante stimulante (excitante) comme le thé le café ou le guarana.

Certains croient voir dans les plantes adaptogènes des stimulants. Certains voient aussi dans les stimulants des adaptogènes. Soyons clairs : les adaptogènes ne sont pas des stimulants et en diffèrent beaucoup. Toutes les études qui ont été faites sur les plantes adaptogènes mettent en avant de fortes propriétés toniques, à l’opposé de ce qu’on entend par stimulant. Ces derniers éreintent le système de réponse au stress et aggravent celui-ci. Le café en est le meilleur exemple. Les vertus des adaptogènes se montrent différentes et se faisant supérieures, au point que ceux-ci diminuent la nocivité des poisons et sont capables de réduire les dangers physiologiques des stimulants.

Prenons un seul exemple : si je prends un stimulant après un effort épuisant, celui-ci ne me donnera qu’un coup de fouet, une réponse éphémère, mais ne me permettra pas de récupérer. Imaginez que vous soyez épuisé par une journée de travail ou après avoir couru un marathon. Ce n’est pas un café, aussi bon soit-il, qui va vous remettre d’aplomb. Par contre une plante adaptogène aura justement un impact très élevé en terme de réponse parce qu’elle va aider l’organisme à récupérer de la ressource. Et à la différence du café ou de quelque autre excitant, qui ont toujours des effets secondaires plus ou moins marqués, l’adaptogène n’entrainera pas de perte d’énergie dans l’organisme, comme cela se produit au bout d’un moment avec un excitant, mais augmentera au contraire l’énergie disponible.